Mort et pleurs rituels. De la lamentation funèbre antique à la plainte de Marie Ernesto De Martino

Ernesto De Martino étudie le rapport entre la mort humaine, en tant qu’événement naturel, et le rite de la plainte funèbre lui conférant un sens culturel. Une traduction inédite sur la crise du deuil dans le monde antique, qui s’achève par un audacieux Atlas illustré des pleurs !
L’existence humaine obéit à un équilibre fragile, toujours menacé par une crise sans horizon : la mort d’une personne aimée. La perte irréversible ouvre la voie à l’éloignement du monde, au délire du déni, à une fureur destructrice. D’où vient le besoin de refuser la mort dans sa scandaleuse gratuité, d’offrir le repos au défunt grâce à l’élaboration rituelle du deuil ? C’est tout l’enjeu de ce grand classique de l’anthropologie, enfin traduit en français. Ernesto De Martino montre que la lamentation funèbre, adressée aux vivants non moins qu’aux morts, surgit pour transformer la crise du deuil en une discipline culturelle capable de préserver le pathos de l’irruption de la folie.
Il retrace l’histoire de cette lamentation de l’antiquité à l’époque chrétienne en partant de ses enquêtes ethnographiques dans le sud de l’Italie. Observant les pleureuses et recueillant les chants funèbres, il revient aux anciennes civilisations agraires de Méditerranée au sein desquelles la complainte funéraire a connu ses manifestations les plus grandioses, avant son déclin progressif, provoqué par le christianisme triomphant. De Martino retrouve chez les paysannes de Lucanie des gestes analogues à ceux des Égyptiennes pleurant leur pharaon défunt ou à ceux des Grecques anciennes réunies autour des héros morts au combat, mettant en lumière la survivance de l’institution des lamentations dans la longue durée. Comme en témoigne, en écho à Aby Warburg, l’Atlas des pleurs rituels qui complète le livre, c’est avec toute la tradition d’histoire, d’archéologie et d’histoire de l’art du XXe siècle que dialogue cette œuvre anthropologique puissante et originale.

Textes traduits par Alfonsina Bellio & Jérôme Nicolas.
Traduction supervisée par Jérôme Nicolas.

http://editions.ehess.fr/ouvrages/ouvrage/mort-et-pleurs-rituels

Ernesto De Martino Il mondo magico

Copertina del libro Il mondo magico di Ernesto De Martino

estratto indice

Profondamente radicato nel contesto storico in cui venne concepito, Il mondo magico va letto oggi alla luce dell’immane tragedia del secondo conflitto mondiale. De Martino si interroga sulle cause profonde della grande crisi dell’Occidente, di cui individua con sensibilità antropologica i germi nell’abbandono della tradizione storico-culturale di appartenenza: da qui l’urgenza di promuoverne una rinnovata consapevolezza critica. E proprio in relazione al conseguimento di tale obiettivo, che non potrebbe non riguardare anche il nostro presente, il confronto con il «culturalmente alieno» manifesta tutta la sua pregnanza. 2022 Piccola Biblioteca Einaudi Ns pp. LXVI – 318 € 24,00 ISBN 9788806250164 A cura di

Il libro

Il mondo magico di Ernesto De Martino occupa un posto di rilievo tra i classici del pensiero europeo contemporaneo: pubblicato nel 1948, ha conosciuto un numero cospicuo di edizioni, che testimonia di un perdurante interesse per l’inedita valutazione della magia come istituzione culturale garante della presenza umana nel mondo. Ogni generazione di lettori si è cosí accostata al capolavoro demartiniano in modi conformi allo spirito del tempo, privilegiando determinati nuclei problematici e lasciandone altri nell’ombra. Oggi siamo piú inclini a riconoscere tutto il valore innovativo del metodo di ricerca di Ernesto De Martino, basato sull’intreccio tra prospettiva storica ed etnologica. L’asse portante del libro risiede nel confronto critico, funzionale alla presa di coscienza dei rispettivi caratteri individuanti, tra l’Occidente e l’Altro da sé, tra il nostro e l’altrui modo di «essere uomini in società».